Syndrome de Morton

Sommaire

Introduction

Clinique

Examens

Traitement

Introduction


Thomas Morton a décrit ce syndrome en 1876.
Ce syndrome douloureux de l’avant-pied est très fréquent, avec une atteinte surtout féminine (80 % des cas).
On considère actuellement qu’il s’agit d’une « irritation » du nerf plantaire entre les métatarsiens, à la façon d’une atteinte du nerf par enclavement sous le ligament inter-métatarsien.
Le diagnostic est clinique, le traitement d’abord médical, puis chirurgical en cas d’échec.


Schéma explicatif du syndrome (ou névrome) de Morton

Clinique


Le maître symptôme est la douleur parfois très importante. Elle siège typiquement entre les 3ème et 4ème orteils (75 %), plus rarement entre les 2ème et 3ème orteils, exceptionnellement ailleurs.
Cette douleur à type de décharge électrique apparait au chaussage, surtout à bout étroit, et à la fin du déroulé du pas. Le déchaussage, souvent impérieux, soulage le patient, ainsi que la mobilisation immédiate des orteils.
L’examen clinique fera le diagnostic dans les formes typiques en réveillant la douleur à l’occasion de diverses manœuvres. Il est habituel de retrouver une perte de sensibilité, voire une anesthésie, entre les orteils correspondants.


Remonter la page

Examens


Les examens sont inutiles dans les formes typiques où le diagnostic doit rester clinique.
La pratique de radiographies permet d’éliminer une pathologie associée.
En cas de doute ou d’intrication avec d’autres pathologies de l’avant-pied, il peut être utile de compléter le bilan par la pratique d’une échographie ou d’une IRM.


Vue par IRM d'un névrome de Morton

Remonter la page

Traitement


Le traitement est avant tout médical, son indication repose sur l’importance de la gêne.
- La prescription de semelles n’est pas très logique car elle réduit le volume disponible dans la chaussure, majorant la compression … mais il faut reconnaitre que certains patients se trouvent soulagés.
- L’infiltration d’un dérivé corticoïdes dans l’espace douloureux apporte un soulagement inconstant mais qui peut être durable : elle mérite donc d’être tentée avant toute discussion chirurgicale.
- En cas d’échec des traitements médicaux, une intervention peut être proposée. C’est une intervention bénigne, qui consiste surtout en l’ablation du névrome, en emportant la bifurcation du nerf plantaire ; ceci entraine une anesthésie complète de l’espace correspondant n’occasionnant pas de gêne. Cette intervention est préférable à la simple libération du nerf trop souvent source d’échecs.
Les complications sont rares mais possibles : troubles de cicatrisation, infection exigent des soins locaux adaptés pour les prévenir au mieux. La récidive est exceptionnelle, mais on peut observer, de façon non moins exceptionnelle, une repousse nerveuse anarchique au niveau de la section du nerf. Cela peut parfois justifier une réintervention en cas de phénomènes douloureux persistants.
Les suites opératoires sont généralement simples, l’appui complet est autorisé dans une chaussure confortable ; l’arrêt de travail est de 15 jours environ, l’ablation des fils se fait au 15ème jour post-opératoire. La reprise d’une activité sportive peut s’envisager au bout d’un mois.